A- A A+

banniere fibre deploie

  • Accueil
  • Citoyenneté
  • Parole aux groupes politiques

Parole aux groupes politiques

Vivre Voisins !

Majorité - Alexandra Rosetti, Maire 

Petite histoire de la politique politicienne :

LE DÉNIGREMENT SYSTEMATIQUE OU L’ART DE TENTER D’EXISTER EN POLITIQUE !

Depuis un grand nombre d’années, en politique, le dénigrement systématique de ses opposants est un levier utilisé quand on a rien de mieux à proposer ! Certaines têtes de listes, déjà déclarées, l’ont bien compris et en dénigrant systématiquement l’action de votre équipe municipale tentent simplement de dissimuler le manque cruel d’idées dont elles font preuve. Il suffit de lire les tracts qui fleurissent dans nos boîtes aux lettres pour s’en rendre compte. Dénigrer et ne rien proposer…

Nous, nous croyons en la clairvoyance des Vicinois !

Le dénigrement systématique est également révélateur des limites que ces mêmes oppositions sont prêtes à franchir pour assouvir des ambitions individuelles au détriment des Vicinois mais, à regarder le monde à travers son nombril, la vision est étroite et la critique facile !

De son côté, votre équipe municipale avance et continue à œuvrer, avec sincérité, sur de nombreux sujets et toujours dans l’intérêt général, consciente de la charge qui lui a été confiée et des responsabilités qui en résultent. Vos élus, avant d’être des élus, sont des Vicinois, heureux de vivre dans une ville dont ils sont fiers et qui propose, à ceux qui le souhaitent, de pratiquer un très grand nombre d’activités.

L’avenir de Voisins est et restera l’engagement prioritaire de votre équipe municipale qui n’a nul besoin pour cela de vociférer pour exister.

Facebook : @Rosetti.Alexandra

www.vivrevoisins.fr

 

Pour Voisins, avec vous !

Minorité - Jean Hache 

Et encore de la PUB !

Nombreux sommes-nous à considérer que la publicité est envahissante. Parfois informatifs, les messages publicitaires sont bien souvent simplistes, répétitifs, voire sexistes.

Est-il encore possible d’y échapper ?

SQY élabore un nouveau Règlement Local de Publicité Intercommunal (RLPI) dont les objectifs sont notamment de lutter contre la pollution visuelle et de préserver la qualité paysagère. Mais ces objectifs de bon sens seront-ils vraiment suivis d’effets quand on lit dans ce projet la possibilité de voir fleurir, dans certaines zones, des écrans numériques permettant de diffuser des messages fixes ou vidéos de jour comme de nuit.

Avons-nous vraiment besoin de tous ces écrans, de ces «smartphones géants» qui consomment  autant d’énergie  qu’un ménage de trois personnes alors que l’agglomération s’est engagée au travers de son plan climat à favoriser les  économies d’énergie ?

Elus vicinois responsables, nous dénonçons ce manque de cohérence, et nous interviendrons pour que la municipalité de Voisins maîtrise l’affichage dans nos rues, sans céder à un quelconque groupe de pression, afin de protéger notre cadre de vie et nos paysages, de libérer nos esprits et de préserver le climat.

Nous invitons tous les Vicinois à participer aux enquêtes publiques, à suivre les travaux des citoyens et des associations Saint Quentinoises qui se sont rassemblés dans le collectif « Champ libre » et à apporter leur contribution à l’élaboration de ce nouveau règlement. 

Contacts :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Voisins ma Ville

Minorité - Thierry Gasteau

On ne nous dit pas tout.

Lors de notre dernier conseil municipal, Mme ROSETTI a présenté le Programme Local de l’Habitat Intercommunal (PLHI) qu’elle a élaboré en tant que vice-présidente de SQY.

Ce document flèche sur chacune des 12 communes de SQY les 9 000 logements que notre agglomération s’engage à construire d’ici 2023.

Voisins contribuera à cet effort à hauteur de 859 logements, soit près de 10% de l’objectif, alors que nous ne représentons que 5 % de la population globale et 2% de la superficie de notre agglomération.

Il y a là dans cette équation à elle seule, de quoi s’interroger sur l’équilibre de notre PLHI, et sur l’importance de l’effort supporté par notre ville.

Et pourtant, le compte n’y est pas...

En séance, nous avons interrogé Mme le Maire sur le fait que ce document ne prévoit aucun logement sur l’emprise de l’hôtel Port-Royal au centre-village, alors qu’il est de notoriété publique qu’un groupe de BTP programme d’y construire plus de 150 logements.

La réponse qui nous a été apportée est que le nombre de logements n’était pas connu lors de la rédaction du document !!

 Et nous venons d’apprendre de riverains et commerçants concernés qu’une autre emprise foncière de la rue Hélène Boucher, et de taille équivalente, venait d’être cédée à un autre promoteur.

Comment croire que la ville n’est pas informée de ces projets et de ces 300 logements supplémentaires ?

Madame le Maire cherche à duper sciemment les Vicinois en minimisant ses prévisions de construction.

Thierry GASTEAU
et Jean NGAFAOUNAIN

Rejoignez-nous sur Facebook :
thierry-gasteau.fr  

 

Tous rassemblés pour Voisins

Minorité - Olivier Afonso

Le pouvoir territorial

Notre commune, membre de la Communauté d’Agglomération de Saint Quentin-en-Yvelines (CASQY) est incapable de réguler seule sa circulation, en particulier la circulation de transit quotidienne dans le centre village. De tels exemples sont nombreux, avec pour conséquence un immobilisme difficile à combattre.

Notre ville, voulue comme un « village résidentiel » lors du projet de la ville nouvelle, est aujourd’hui flagellée par la loi SRU alors que sa superficie est la plus petite des communes de la CASQY et son taux d’habitants au km2 le plus élevé !

Quel est le pouvoir réel de nos élus communaux dans le contexte local d’aujourd’hui ?

L’organisation territoriale est très complexe. Les décisions sont diluées dans de nombreuses strates. Combien de fois entendons-nous cette phrase au sein des services locaux ou de la part de nos élus, oubliant au passage que notre Maire en est l’une des vice-présidentes : « Ce n’est pas nous, c’est l’agglo ».

Nous avons une « Communauté d’Agglomération » composée de douze communes. Les lieus de décision sont nombreux, les responsabilités éparpillées.

Face au puzzle actuel, nous ne sommes pas opposés à ouvrir un débat visant à simplifier ce « mille feuilles » territorial : il annihile les initiatives et a un coût que l’Etat et le contribuable ne peuvent plus supporter. En outre, les citoyens doivent être mieux associés aux décisions qui les concernent.

Ce débat, nous le porterons dans le cadre des élections municipales de 2020.


Olivier AFONSO & Chantal DEMESSENCE

www.afonso2020.fr
Rejoignez-nous sur Facebook : Afonso2020